Nina Almendine

The Official Website

UN VÉCU CRÉATIF

couleurs pigment.jpg

Nina Almendine interviewée par Camille Rémy, Auteure.

« Camille Rémy : De quelle manière vous servez-vous de votre vécu pour écrire, concrètement ?

Nina Almendine - Concrètement. Je prends énormément de notes sur, voilà, des idées, des inspirations, des vécus. Je vais utiliser ces notes pour bâtir ensuite une œuvre donnée. Donc ça va être l’utilisation de mon vécu pour servir la création. Mais également celui que d’autres vont venir m’apporter entre guillemets, soit directement, soit que j’ai été témoin de.

CR - Et parfois est-ce qu’on utilise des éléments de son vécu pour s’en venger ?

NA - Pour s’en venger ? Pourquoi pas. Je pense qu’il y a une forme d’agressivité dans l’acte d’écrire. Agressivité qui, dans le meilleur des cas, va au service de la vie.

CR - Est-ce que vous utilisez le contenu de vos rêves. Et si oui, de quelle manière ?

NA - J’ai toujours été très sensible à mes rêves, en tous les cas j’ai eu des rêves bien souvent très marquants. Donc je suis tout à fait attentive à mes rêves. D’ailleurs je dors tout le temps avec un carnet de notes à proximité. J’ai conscience de la fragilité des rêves. On peut ne pas se souvenir d’un rêve dont on était persuadé qu’on allait se souvenir lorsqu’on le faisait. Et au réveil : paf ! C’est déjà envolé ! C’est pourquoi je note. Hormis les rêves qui sont vraiment marquants et dont vous vous souviendrez pendant de longues années. J’ai des carnets dédiés à ces rêves. Dans mon écriture je ne les utilise pas systématiquement, bien que je pense que  qu’il y a des rêves qui pourraient vraiment constituer une nouvelle, ou carrément une œuvre.
Il suffit de déployer tout ce que ça contient en germe. Mais il m’est arrivé par exemple de me mettre à l’écrit d’un texte comme si ça m’était demandé dans un rêve. Donc j’écoute oui, je suis attentive à ces messages. »

 

Copyright © 2011. All Rights Reserved.