Nina Almendine

The Official Website

SCULPTER

Enfant scuptant.jpg

Nina Almendine interviewée par Camille Rémy, Auteure.

« Camille Rémy : Il vous arrive de sculpter. Cette autre activité artistique nourrit-elle votre écriture ? Et quel lien faites-vous entre les deux ?

Nina Almendine - Elle nourrit mon écriture dans le sens où une sculpture peut donner forme à un mouvement qui s’était déjà initié dans une création littéraire. Á contrario, la sculpture peut venir débloquer un mouvement qui avait été entravé  dans une création littéraire, débloquer quelque chose. C’est au-delà des mots, c’est la réponse de la forme par rapport aux mots. Je vois des parallèles aussi dans la sculpture, dans la nécessité d’une ossature, d’une structure qui est nécessaire également dans l’écrit. Bien entendu, toutes ces phases de polissage d’une sculpture et le texte poli en phases successives. Et puis, j’ai écrit un roman dans le milieu des arts plastiques où je traite un peu plus de ce sujet, où la sculpture est présente, la peinture également. Si l’on part du principe que tout est langage mais pas seulement sous sa forme écrite, alors tout va être une source d’inspiration et un possible d’expression.

CR - Le fait de parler de l’écriture en évoquant la sculpture ça rend votre description extrêmement physique. Vous parlez de polissage, d’ossature...

NA - Je vous remercie de poser la présence du physique, du sensoriel dans l’écriture. Pour moi écrire relève totalement de cette expérience alors qu’il y a une image purement intellectuelle et mentale de l’acte d’écrire. Je pense que ça passe aussi, et peut-être vraiment d’une façon instinctive, par le corps.»

 

Copyright © 2011. All Rights Reserved.