Nina Almendine

The Official Website

LANGUES À VIVRE ET À ÉCRIRE

Peinture graffiti

Nina Almendine interviewée par Camille Rémy, Auteure.


«  Camille Rémy : Vous avez grandi dans un milieu bilingue.


Nina Almendine -  Oui.


CR - Est-ce que cela veut dire qu’écrire en français est un choix et que vous auriez pu écrire dans une autre langue ?
NA - Malheureusement je n’aurais pas pu écrire dans une autre langue puisque je n’ai pas été formée dans une autre langue. Si je devais écrire dans une autre langue il faudrait que je passe par cette formation. Pourquoi pas ? Mais n’ayant qu’une vie je pense que ma langue de prédilection est le français, mais c’est de fait. J’admire les écrivains qui peuvent vraiment écrire de façon talentueuse dans deux langues. Pour moi c’est un idéal mais je ne peux pas le faire au jour d’aujourd’hui.


CR
- Pouvez-vous nous en dire plus sur cette autre langue qui visiblement fait partie aussi intégrante de votre vie et de son rapport peut-être avec le français ?


NA - J’ai grandi dans un univers parfaitement bilingue. Ce que je considère être une chance magnifique. Les hasards de l’histoire avec un grand H m’ont amenée ici en France. Mais l’arabe constitue ma langue maternelle. Je n’ai commencé à pratiquer le français qu’à l’âge de cinq ans. L’arabe est une langue qui vient vraiment s’adresser à toutes mes sensorialités, qui s’est imprimée de façon première. Je pense qu’une langue a quelque chose de l’univers des sens mais dans les deux sens : des sens au niveau physique mais également de tout ce qui concerne la signification, les symboles, les métaphores, etc… C’est une langue qui constitue tout cela pour moi.
Le français a été une langue de scolarité plutôt, une langue culturelle puisque j’ai évolué là en France. Elles se répondent l’une l’autre et puis elles me forment. Je pense que je les retrouve dans mon écriture. Ce sont deux systèmes complètement différents qui m’apportent tous les deux leur richesse.


CR - Eprouvez-vous parfois le besoin de retourner à l’arabe pour pouvoir retrouver des mots en français ?


NA - Les va et vient que je fais entre les deux langues ne sont absolument pas de l’ordre de la traduction. Il y a des mots qui vont être parfaitement justes à mon sens en arabe, tandis qu’en français ils seront bien en deçà et vice versa. Ce qui apparait c’est souvent le mot juste.


CR - Lisez-vous dans une autre langue que le français ? Vous lisez en arabe peut-être dans d’autres langues encore ?


NA
- Je lis en anglais, en espagnol depuis peu. En tous les cas c’est un point d’évolution pour moi. J’admire les personnes qui maitrisent plusieurs langues.


CR - Si vous aviez les moyens d’écrire en plusieurs langues vous pensez que vous écririez la même chose ou que vous réserveriez chaque langue à un type d’écrit particulier ?


NA - Concevant chaque langue comme un système de pensée à part entière, non seulement de pensée mais d’être au monde à part entière, probablement que cela va insuffler des directions différentes dans le processus de création. Mais à ce moment là, il faudrait que je sois experte dans ces langues. Pour moi c’est un idéal. »

 

Copyright © 2011. All Rights Reserved.